CHANGEMENT D’HEURE

Le changement d’heure d’hiver 2020 a lieu dans la nuit du samedi 24 octobre au dimanche 25 octobre 2020. Mais saviez-vous que cette seule petite heure de décalage a des effets sur votre santé ? Nous vous en donnons tous les détails…

Quels sont les effets du changement d’heure sur votre organisme ?

Comme chaque année depuis 1976, la date du passage à l’heure d’hiver se situe fin octobre. Le changement d’heure nous fait plus précisément basculer dans l’heure d’hiver, lors du dernier week-end (complet) d’octobre.

« Notre horloge biologique se retrouve rapidement perturbée face à ce décalage » explique le Dr Sylvie Royant-Parola, spécialiste du sommeil et présidente du Réseau Morphée.

L’horloge biologique, située dans notre cerveau, se synchronise sur une journée de 24 heures définie par l’alternance du jour et de la nuit.

« Cela s’appelle le cycle circadien, notre organisme s’organise par rapport au temps et à la lumière extérieure. Et lorsqu’on change de référentiel, le corps va subir des modifications. »

Cela ne représente qu’une heure, mais peut bouleverser tous les systèmes de régulation et les systèmes hormonaux de notre corps.

« On passe d’une journée de 24 h à une de 25h, ce qui implique que l’on ne se comporte pas de la même façon » et « ce sont les gens du matin qui seront les plus impactés, car ils se sentiront plus fatigués à devoir rester éveillés une heure de plus » précise la spécialiste.

Ce changement d’heure peut provoquer des troubles :

  • de l’endormissement,
  • de l’attention,
  • de l’appétit,
  • de l’humeur et une baisse de la capacité de travail.

Mais L’heure d’hiver reste tout de même préférable à l’heure d’été, car c’est l’heure qui se rapproche le plus de l’heure solaire, et c’est donc plus facile pour l’organisme de s’y adapter. Il suffit de 3-4 jours pour que l’organisme s’habitue à la nouvelle heure.

Nos meilleurs conseils pour se préparer au changement d’heure

  • Se préparer au changement d’heure les jours qui le précèdent. Décaler son réveil d’un quart d’heure à trente minutes progressivement pour faciliter l’adaptation.
  • Faire des courtes siestes de 15 à 30 minutes en début d’après-midi pour limiter les effets de la fatigue tout en préservant la qualité du sommeil de nuit.
  • Éviter les aliments riches en mauvaises graisses, en sucres rapides ou en sel pour éviter d’affaiblir davantage l’organisme lors de la digestion.
  • Manger léger le soir et au moins deux heures avant le coucher.
  • Limiter l’utilisation des écrans avant l’heure du coucher.
  • Au réveil, essayer de s’exposer le plus possible à la lumière (de préférence naturelle) afin de favoriser la régulation de l’horloge biologique.
  • Pratiquer une activité physique.
  • Conserver un rythme de vie régulier (heures des repas, du réveil et du coucher, de l’activité physique…)
  • Écouter son corps et ne pas hésiter à faire des pauses et à se reposer quand cela est nécessaire.

Sources : Réseau Morphée, Auféminim.