COVID-19 L’AIDE À DOMICILE EN 1ÈRE LIGNE

L’ITEV souhaite faire part de son soutien à l’ensemble des personnes qui oeuvre pour chacun de nous en cette période si difficile de pandémie mondiale. Même si la maladie s’attaque en priorité aux plus fragiles, elle n’épargne personne, elle ne connaît pas de frontières, elle endeuille des familles, isole les personnes les plus fragiles et déstabilise le fonctionnement de tout un chacun.

Mais c’est aujourd’hui aussi l’occasion de montrer une vraie solidarité, ne serait-ce qu’en respectant les consignes de confinement pour ne pas nous mettre en danger et exposer, plus que ce qu’ils ne le sont déjà, nos soignants.

L’ITEV œuvre depuis plusieurs années maintenant pour apporter son soutien aux plus fragiles, nos aînés, à travers nos missions de diffusion des savoirs auprès du public mais également par la mise en place de formations professionnelles à destination des intervenant(tes) à domicile, « les oublié(e)s du système », comme ils/elles se qualifient souvent … Un métier qu’ils/elles exercent pourtant avec tant de dévouement pour la plupart d’entre eux/elles malgré la faiblesse des salaires, l’absence de progression de carrière, des conditions de travail physiquement et mentalement éprouvantes et un manque de reconnaissance évident de leurs métiers.

Est-ce qu’il aura fallu le COVID-19 pour qu’on ouvre les yeux ? Est-ce qu’il aura fallu le COVID 19 pour qu’on leur propose une rémunération à hauteur de leur engagement et de la difficulté de leur métier ? Est-ce qu’il aura fallu le COVID 19 pour leur proposer enfin des parcours de formation proposant une vraie montée en compétences et une possible évolution de carrière ? Est-ce qu’il aura fallu le COVID-19 pour les rendre « visibles » ?

A travers l’article que nous proposons « L’aide à domicile au temps du COVID » nous souhaitons rendre hommage à tous ces professionnels qui accompagnent et prennent soin au quotidien de nos aînés.

Anne Marcilhac – Directrice de l’ITEV

• Article : L’aide à domicile au temps du COVID

Les invisibles. C’est ainsi que les professionnels-les se définissent. Une façon un peu amère de se présenter mais qui selon la profession, révèle une réalité. Jamais citée dans les discours ou dans les médias qui rendent hommage à juste titre, aux soignants, routiers, caissières, la profession n’a pas non plus été prioritaire dans la distribution des masques et autres matériels de protection, et pourtant…

Pourtant, face à l’expansion de l’épidémie de Covid-19, les intervenants-tes à domiciles se confrontent à un double défi : continuer à aider les personnes âgées au quotidien malgré les mesures de confinement tout en évitant la contamination de leurs bénéficiaires. Une population âgée de plus de 70 ans qui est apparue très vite comme la plus vulnérable face à ce coronavirus. Un défi qu’il a donc fallu relever au plus vite pour éviter d’ajouter une crise à la crise, car en France, les services d’aide et de soins à domicile prennent en charge quotidiennement plus 3 millions de personnes âgées. Parmi elles, certaines ne peuvent se passer de ces professionnels-les sans lesquels-les, elles ne peuvent se lever, se laver, manger, se coucher…

• Solidarité, innovation, adaptation

Dans l’Hérault, dès les annonces de confinement, l’une des plus grandes associations de service d’aide et de soins à domicile, Présence Verte Services*, a totalement réorganisé ses interventions afin d’assurer la continuité des services auprès des personnes les plus fragiles et isolées.

La première chose a été de sensibiliser l’ensemble des intervenants-tes aux gestes barrières et aux consignes gouvernementales relayées par l’Agence Régionale de Santé. Les messages relatifs aux barrières d’hygiène ont été multipliés vers les salariés mais aussi les bénéficiaires afin d’éviter la contamination. Ensuite tous les clients ont été contactés afin de faire le point sur leur situation.

« Depuis le début de l’épidémie, chaque jour, ce sont des centaines de coups de téléphones qui sont passés pour prendre des nouvelles, rassurer les clients les plus isolés, prioriser les interventions. La plupart de nos clients ont compris que nous sommes contraints de restreindre nos interventions aux plus indispensables. La solidarité reste de mise. Leur famille, des voisins, quand cela est possible, ont pu prendre le relais de certaines interventions, notamment les courses, afin que nos intervenants puissent concentrer leurs missions chez des clients plus isolés ou moins autonomes. Nous restons en lien avec nos clients et patients afin d’adapter nos prestations au mieux en fonction de chaque situation et répondre aux besoins urgents ou ponctuels pour venir en aide aux aidants qui fatiguent. », précise Martine Laurent, Directrice générale de l’association.

Distribution de gants aux personnels de l’aide à domicile par les infirmières coordinatrices

Depuis le 16 mars, l’association compte 800 intervenants-tes en fonction sur le département. La plupart d’entre eux – elles, interviennent auprès de plusieurs personnes tout au long de la journée. La question des masques s’est donc très vite posée car malgré cette proximité avec les personnes (comment aider à la toilette en se tenant à 1 m de distance ?), le secteur de l’aide à domicile n’a pas, été jugé prioritaire dans un premier temps. Les intervenants-tes sont donc parfois parti(e)s en mission avec la crainte d’être contaminé(e)s et de contaminer leur famille ou leurs clients.

Quand les pharmacies ont eu la consigne de distribuer des masques aux intervenants à domicile, chaque salarié s’est mobilisé pour aller solliciter sa pharmacie habituelle ; quelques pharmacies ont d’ailleurs été très sensibles à la situation et ont bien accueillis et aidés les intervenants-tes.

« Nous avons vu aussi émerger une solidarité entre les salariés eux-mêmes : ceux qui avaient des masques par leur association en ont donné à ceux d’autres associations qui n’en avaient pasDes initiatives locales et solidaires ont aussi vu le jour, notamment avec la fabrication de masques en tissus par des salariés-es en arrêt pour garde d’enfants, des couturières organisées ou improvisées, des clubs ou petits groupes au grand cœur…“»

Avec l’arrivée du pic en Occitanie et en particulier sur la région de Montpellier, Présence Verte Services a ouvert un numéro spécial « sortie d’hospitalisation ». Un service avec des équipes dédiées a été déployé auprès des patients qui reviennent à domicile après un séjour souvent très éprouvant à l’hôpital. Il s’agit d’accompagner la convalescence et de soutenir les proches aidants.

Sur Ganges, les aides-soignantes sont mobilisées

• Et demain ?

Cette épidémie grave et inédite aura permis de mettre en lumière le rôle essentiel de tous ceux qui ne sont pas considérés à la hauteur des missions qu’ils accomplissent. Une lumière qui ne doit pas s’éteindre quand la vie reprendra son cours normal. Martine Laurent anticipe d’ores et déjà :

« Nous avons pu apprécier combien il était essentiel d’écouter, en pleine conscience de ce que l’autre exprime de ses besoins, de ce qu’il vit. Aller au-delà d’une appréciation « administrative » pour évaluer la situation et y répondre avec pertinence. Nos assistantes de coordination qui ont été formées par l’ITEV ont tout de suite été dans cette posture comme l’ensemble de nos responsables de secteur. Nous vivons aussi au quotidien la nécessité de se parler entre services, d’aller chercher des appuis chez des collègues qui ont d’autres compétences, avec un seul objectif : répondre au plus près des besoins de la personne accompagnée. La polyvalence des compétences mises en œuvre est la pierre angulaire des services à domicile pour les années à venir.

Mais après, il faudra aussi s’occuper ou se préoccuper de la santé psychologique de nos intervenants pour prévenir le contre coup de ces situations stressantes. Nous avons déjà engagé une réflexion sur cette thématique avec le service prévention des risques psychosociaux de la MSA, notre organisme de protection sociale. Il est en effet primordial que nos salariés puissent exprimer ce vécu et continuer à exercer leur métier.

Nous avons su nous organiser en une semaine à peine pour maintenir une continuité de service aussi bien sur le terrain que dans les fonctions supports : les 50 salariés administratifs ont été reliés à distance aux différents serveurs, avec accès à leur logiciel métier, leur ligne téléphonique.

Une solidarité, un esprit de corps s’est emparé de chacun des membres de la structure, voyant se multiplier les coups de main et les attentions bienveillantes mutuelles. C’est cela aussi que nous garderons de cette épisode hors du commun ! »

*Présence Verte Services est membre du conseil de direction de l’ITEV. Un partenariat qui s’est traduit en 2019 par la formation de personnels à la coordination des parcours. Une montée en compétence jugée indispensable par les 2 structures et qui trouve en cette période, toute sa justification.

Sophie Ursella – crédit photos : PVS