PLAN CANICULE 2020 : CONSEILS POUR NOS INTERVENANTS

LES NIVEAUX D’ALERTE

4 niveaux d’alerte sont mis en place dans le plan canicule.
Ces niveaux sont coordonnés avec les niveaux de vigilance météorologique.

NIVEAU 1 : VEILLE SAISONNIÈRE
Le niveau 1 correspond à la couleur verte sur la carte de vigilance météorologique.

Communication préventive : Ce dispositif permet d’informer et de sensibiliser les populations sur les conséquences sanitaires d’une canicule et sur les moyens de s’en protéger.

Un numéro national « Canicule Info Service » (0 800 06 66 66) est mis en place durant cette période;

NIVEAU 2 : AVERTISSEMENT CHALEUR
Le niveau d’avertissement chaleur est une veille renforcée.
Il correspond à la couleur jaune sur la carte de vigilance météorologique.

Les Agences Régionales de Santé (ARS) déclenchent au niveau local et régional une communication « d’urgence » qui correspond au renforcement des mesures de communications préventives. Le niveau 2 ‘avertissement chaleur’ du PNC (Plan National Canicule) correspond au niveau de vigilance jaune canicule en cas de pic de chaleur temporaire sur un ou deux jours, de période de fortes chaleurs sans atteindre les seuils d’alerte ou de probabilité importante de passage en vigilance orange canicule dans les jours qui suivent.

NIVEAU 3 : ALERTE CANICULE
Le niveau d’alerte canicule correspond à la couleur orange sur la carte de vigilance météorologique.

Le niveau 3 est déclenché et géré par les Préfets de département avec l’appui des ARS.

La communication d’urgence restant de rigueur, les recommandations sont aussi :

  • la mobilisation des acteurs concernés ; les SSIAD, SAAD et associations de bénévoles sont mobilisés pour porter assistance aux personnes âgées isolées.
  • la mise en oeuvre de mesures de gestion adaptées à la prise en charge notamment des populations à risque.

NIVEAU 4 : MOBILISATION MAXIMALE
Le niveau de mobilisation maximale correspond à la couleur rouge sur la carte de vigilance météorologique.

Le niveau 4 est déclenché par le Premier Ministre en cas de canicule intense et étendue sur une large partie du territoire national risquant d’engendrer des phénomènes extrêmes et pouvant conduire à des conséquences catastrophiques. C’est au niveau national que sera décidée l’orientation à prendre selon la nature des événements.
Ensuite, ce sont les Préfets mandatés par le Premier Ministre qui assurent la veille de cette mobilisation maximale et le relais à tous les partenaires mobilisés.

PRÉCAUTIONS

PERSONNES ISOLÉES
Avant les périodes de fortes chaleurs, il est recommandé pour les SSIAD et les SAAD d’inciter les personnes vulnérables et fragiles à s’inscrire sur les registres communaux.

AVANT L’ÉTÉ

Dès le printemps et de façon hebdomadaire, il est demandé de :

  • Vérifier le bon fonctionnement des rideaux, volets, stores afin d’éviter l’exposition au soleil;
  • Vérifier la possibilité de faire des courants d’air sans danger pour la personne;
  • S’assurer du bon fonctionnement du réfrigérateur, freezer, congélateur;
  • S’assurer de l’existence d’un ventilateur ou d’un système de climatisation en état de marche;
  • Faire l’inventaire des vêtements adaptés (amples, légers, en coton);
  • Voir si un aménagement dans une pièce plus fraîche est envisageable, et ainsi en estimer le besoin d’aides techniques.

PENDANT UNE VAGUE DE CHALEUR

Durant les fortes chaleurs, il est recommandé de :

  • Rappeler aux patients / clients et à leur entourage les principes de protection contre la chaleur;
  • Lister les personnes à risque : notamment grand âge, dépendance ou invalidité, maladie d’Alzheimer ou apparentées, maladie psychiatrique, Parkinson, trouble de l’alimentation, isolement, impossibilité d’avoir recours à un ventilateur ou un climatiseur au domicile.
  • Établir la liste des aidants, leur numéro de téléphone, et l’afficher de manière visible à côté du téléphone;
  • S’assurer que les personnes sous traitements médicamenteux pouvant interférer avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur consultent leur médecin traitant ;
  • Indiquer aux personnes de garder leurs rideaux, volets, stores fermés entre 10h et 18h, horaires où la température extérieure est plus élevée qu’à l’intérieur ;
  • Indiquer d’aérer le matin très tôt et le soir après 18h, en dehors des horaires de température élevée;
  • S’assurer que les personnes utilisent leur ventilateur ou climatiseur. ASTUCE : un linge mouillé ou une bouteille d’eau congelée peuvent être placés devant le ventilateur afin de rafraîchir l’air ambiant.

AU QUOTIDIEN

Vérifier que les radiateurs soient bien éteints ;

  • Préconiser un habillage léger, ample, en coton afin d’éviter les phénomènes de macération responsables de dermites;
  • Utiliser de l’eau à température ambiante pour les soins d’hygiène (toilette, douche);
  • Pulvériser de manière répétée de l’eau fraîche sur le visage et le cou en utilisant des brumisateurs conservés à température ambiante;
  • Mettre des gants de toilette mouillés au réfrigérateur afin de les appliquer sur le visage, le cou, les jambes, sous les bras et avant-bras…;
  • Conseiller une alimentation riche en eau (fruit, crudités, potages, laitages, glaces…) et de continuer à manger normalement;
  • Renseigner la feuille de suivi d’hydratation;
  • Donner à boire à chaque passage et conseiller de boire 1.5L à 2L d’eau par jour en évitant l’alcool et la caféine;
  • Dépister les signes de déshydratation;
  • Rechercher systématiquement des signes pouvant être banalisés tels que : modification du comportement habituel (agitation, abattement…); troubles du sommeil ou fatigue.
  • Préciser de ne pas sortir lors des fortes chaleurs, soit entre 10h et 18h;
  • Lors des sorties, insister sur l’importance d’indiquer par écrit ou à l’entourage le lieu et l’heure de la promenade, de se protéger la tête avec un chapeau, une casquette ou un parapluie et d’emporter une bouteille d’eau avec soi.
  • Ne pas hésiter à répéter les recommandations et conseils à chaque visite.

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES LIÉES AU COVID-19

En situation d’épisode de forte chaleur, les personnes peuvent être atteintes du COVID-19 et/ou d’une pathologie liée à la chaleur. La déshydratation peut être aggravée par la COVID-19 (fréquemment associé à de la fièvre et/ou pertes digestives). Un coup de chaleur peut se surajouter à l’infection par la COVID-19 chez les personnes dont le système de sudation est défaillant (personnes âgées, insuffisants cardiaques, personne souffrant de pathologies du système nerveux central, de diabète et/ou prenant des psychotropes). Le bon diagnostic est majeur pour éviter toute perte de chance de prise en charge rapide.
La COVID-19 ne doit pas retarder la prise en charge de la pathologie liée à la chaleur.

Prévention des complications :

  • Proscrire toute automédication par paracétamol en cas de fièvre et de contexte de vague de chaleur;
  • Favoriser, autant que possible, la prise en charge des patients COVID-19 dans des chambres climatisées en vue de faciliter le respect du port des EPI (Équipements de Protection Individuelle) par les professionnels.

Aération du lieu de vie :

  • Mettre en œuvre les mesures barrières (distanciation physique d’au moins un mètre, se laver les mains régulièrement) ;
  • Assurer un renouvellement régulier de l’air dans tous les espaces clos au moyen d’une aération (ouverture des fenêtres) et/ou d’une ventilation naturelle ou mécanique ;
  • L’utilisation de ventilateur est préconisée, y compris en association avec une brumisation, dans une pièce où se trouve une seule personne. Le ventilateur doit être stoppé avant qu’une autre personne n’entre dans la pièce ;
  • Dans les espaces collectifs de petit volume, clos ou incomplètement ouverts, l’utilisation de ventilateur est contre-indiquée dès lors que plusieurs personnes sont présentes, même porteuses de masques ;
  • En cas de présence d’un malade COVID-19, celui-ci réside le plus possible dans une seule pièce (chambre par exemple). Il convient d’aérer cette pièce de façon séparée du reste du logement, en maintenant la porte fermée et en assurant le plus possible son étanchéité (calfeutrage par boudin de bas de porte ou serviette), afin d’éviter la propagation du virus.